09/12/2014

Une nouvelle fois, le ciel redevient azur ! 54

             Lentement, Eric retrouva son dynamisme et sa joie de vivre. A la fin du mois de mars, les parents rencontrèrent l'oncologue qui se montra particulièrement optimiste, les derniers examens effectués ne révélant aucune anomalie. Il était cependant beaucoup trop tôt pour déclarer le garçon totalement guéri, il faudrait un suivi régulier pendant quatre ou cinq ans, une longue surveillance en raison de son autisme et du fait qu'il ne se plaignait jamais.

Tout au long de ces mois, "Mame", très âgée et fragile du cœur, n'avait pas été mise au courant de la réelle gravité de la maladie. On tentait ainsi de la protéger, de ne pas partager cette angoisse avec elle, on lui avait menti pour la bonne cause en dédramatisant la situation. Aussi, quand elle leur déclara :

               - "Vous ne pouvez pas savoir combien je suis heureuse de le voir guéri ! Cela me faisait tellement mal de le voir dans cet état !"

Sylvaine et Céline comprirent que la grand-mère d'Eric n'avait pas été dupe. 

Au début du mois d'avril, le retour aux "Acacias" ressembla à un jour de fête, le personnel l'attendait pour lui souhaiter la bienvenue, pas uniquement les éducateurs qui partageaient leurs journées avec lui mais aussi les membres du personnel administratif ou paramédical. Tous étaient sincèrement heureux de cette issue favorable. Une petite fête fut organisée !

Pendant six semaines environ, Eric fut isolé de ses autres compagnons, il était suivi individuellement, le temps nécessaire afin de retrouver l'entièreté des défenses immunitaires. La clinique étant située à courte distance des "Acacias", le direction de l'établissement proposa aux parents de l'accompagner lors des visites chez l'oncologue et de leur faire rapport au retour, cela leur éviterait de longs déplacements. Eric adorait rencontrer l'oncologue. Bien plus tard, celle-ci dira aux parents qu'elle avait remarqué que lors de chaque visite, il parlait plus d'eux que de lui, l'interrogeant même  :"Papa et maman ne sont pas malades ? Papa et maman vont bien ?". Par la suite les visites à la clinique s'espacèrent pour devenir semestrielles et ensuite annuelles.

Lors de ce funeste mois de décembre, durant lequel, au plus profond de leur détresse, Sylvain et Céline avaient eu peur de le perdre, ils allaient découvrir à l'occasion de cette conversation que la possibilité de ne plus les voir hantait également leur fils.

Le printemps était revenu, les cheveux repoussèrent plus foncés, son teint reprit un aspect normal, il engrangea quelques kilos et le sourire "bienveillant" qu'il affichait depuis toujours lorsqu'il abordait d'autres personnes réapparut. Autant de constatations qui réconfortèrent Sylvain et Céline et firent disparaître leur inquiétude.

On décida de rajouter ces cinq mois d'angoisse à la suite de ceux connus précédemment se rappelant les paroles de Madame Demarke : "Oui, mes bons amis, la vie est faite de bons et de mauvais moments !". De là-haut, cette dame de cœur, cet être exceptionnel comme on n'en rencontre que trop rarement dans une existence, devait très certainement se réjouir de cette guérison !

S'il reprit un aspect physique comparable à celui qui était le sien avant la maladie, au niveau psychologique, on constata un léger changement, l'épreuve semblait lui avoir fait, un peu plus encore, prendre conscience de cette affection et cette sympathie dont il était entouré tant à l'institution que dans sa famille. Il ne manquait aucune occasion de donner "un p'tit coup de main" aux éducateurs ou à ses parents. Il s'investissait davantage dans de nombreuses activités.

Les parents se dirent que leur fils profitait désormais du moindre instant de bonheur qui se présentait à lui comme si la vie lui avait offert une seconde chance. Le ciel ayant de nouveau sa teinte azur, Sylvain et Céline sortirent de leur coquille pour profiter du beau temps retrouvé.

(à suivre)

T.S. décembre 2014. Toute reproduction même partielle non autorisée sans l'accord de l'auteur.

 

10:24 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.