19/09/2014

Céline et Sylvain (suite) 2

          Quelques mois après son arrivée dans cette nouvelle ville, à l'occasion d'une fête d'anniversaire chez des amis communs, Céline avait fait la connaissance de Sylvain. Jouant aux cartes, sirotant un soda, plaisantant, ils étaient une dizaine d'adolescents, garçons et filles, autour de la table. Depuis qu'il était entré, elle ne pouvait détacher le regard qu'elle avait posée sur ce garçon timide aux cheveux clairs et au teint pâle. Il donnait l'impression d'écouter avec attention les conversations mais, en réalité, était loin d'y prendre part car lui aussi avait été bouleversé au plus profond de son être par cette jeune fille à l'allure sage, réservée et il sentait son cœur battre un peu plus vite à chaque fois que leurs regards se croisaient. Cette rencontre fortuite déboucha sur un véritable coup de foudre !

Au cours des semaines qui suivirent, ce ne fut certainement pas le plus pur des hasards qui les fit se rencontrer, presque chaque jour, dans un magasin, au coin d'une rue ou lors des nombreuses festivités organisées durant l'été. Succédèrent alors les longues balades, les soirées au cinéma ou au théâtre, passions probablement partagées mais, avant tout, occasions volontairement multipliées afin de passer de longs moments ensemble.

Quand quelques mois plus tard, la reconduisant chez elle, par un jour de verglas, il lui prit, pour la première fois, la main, il la serra très fort et comprit qu'il ne la lâcherait plus. Durant la soirée de la Saint-Sylvestre, en échangeant les vœux traditionnels, leurs lèvres se frôlèrent pour un premier et tendre baiser, Sylvain ressentit des frissons lui parcourir l'échine dorsale, sensation nouvelle, étrange mais...nullement désagréable !

"Je te souhaite une bonne année" lui murmura Céline. Sylvain pensa que la concrétisation des vœux n'avait jamais été aussi immédiate.  

L'amitié céda rapidement la place à l'amour, tant est si bien qu'à peine une année plus tard, on parla de fiançailles et ensuite de mariage. Mais, tout ne s'était cependant pas déroulé de manière idyllique, on oublie trop souvent que la tendre rose dissimule également des épines !

Alors que Céline se remémorait sa jeunesse, dans leur appartement, Sylvain se retournait pour la centième fois peut-être dans un lit qui lui était apparu, pour la première fois depuis son mariage, étrangement large et froid. Lui non plus n'avait pas trouvé facilement le sommeil, les dernières vingt-quatre heures avaient profondément bouleversé sa vie. Il se revoyait, la veille, au bureau, l'esprit totalement détaché du travail qu'il effectuait, se rappelait son retour à la maison pour le déjeuner et la question qu'il avait posée à Céline au moment de retourner travailler :

"Cela va aller ? Tu te sens bien ? Si tu le souhaites, je peux très bien prendre congé, j'ai prévenu le responsable du service que la naissance était imminente".

"Sois tranquille, ce n'est pas encore pour maintenant", lui avait-elle répondu avec un sourire rassurant.

Pourtant, une heure s'était à peine écoulée qu'il avait été rappelé afin de la conduire à la maternité et au début de la soirée, Eric poussait son premier cri.

Dès ce moment, le quotidien lui parut avoir été mis entre parenthèses. Il avait l'impression de vivre sur un nuage. A peine sorti de la maternité, ignorant le brouillard qui s'était reformé et le froid qui lui glaçait les mains, il était allé annoncer la bonne nouvelle dans la famille, euphorique comme peut l'être tout homme, père pour la première fois, ne réalisant pas encore qu'il venait de franchir une étape capitale sur le chemin de la vie, n'imaginant pas que ce moment mettait un terme à une adolescence marquée d'une certaine insouciance et encore peu conscient de la responsabilité dont il ne pouvait évaluer l'importance qui serait désormais la sienne !

 

11:09 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.